Petites bulles de bonheur

Il est cette fleur qui s’épanouie sous les rayons du soleil, il est les rires des enfants insouciants. Il est dans notre corps, notre tête et notre coeur. Il est en nous. Il est en moi.

Parce que la vie ne sera jamais parfaite, quoi qu’il arrive, quoi que je fasse, quoi que je décide. Je note, je brouillonne, je réinvente et surtout j’immortalise ces instants furtifs ou éphémères. La vie est belle, tous les jours. Pas parfaite. Juste belle.

Le silence. Rien ne m’apaise plus que quelques minutes, quelques heures de calme absolu.

Marcher les pieds nus sur le sable humide et sentir les vagues glacées frôler timidement ma peau.

L’odeur du café, fraîchement moulu qui embaume la pièce au petit matin.

L’exaltation qui s’empare de moi lorsque je lis les dernières pages d’un roman, le rythme qui s’intensifie, être partagée entre la joie de bientôt savoir et la tristesse de devoir quitter cette histoire qui était devenue la mienne.

Les tartes aux pommes.

Aller seule au cinéma le dimanche soir, terminer le week-end sur une note positive.

Les belles phrases et les cartes postales.

Ecrire au crayon à papier. Griffonner, rayer, gommer et recommencer.

Prendre ma douche le soir, lumière tamisée, l’eau chaude, presque brulante qui coule sur ma peau.

Flâner la nuit, quand la ville est endormie, quand tout est calme, sentir cette sérénité comme si le temps s’arrêtait.

Cette perspective que tout est possible, que le travail est récompensé et que la chance se provoque.

Belle semaine à vous ♥

En accord avec moi-même

Tant pis si je suis maladroite, si mes mots ne sonnent pas justes, si mon blog semble un peu brouillon, si mes histoires manquent d’étoiles et de paillettes, si mes idées sont à mon image, désorganisées et farfelues, la vie est courte.

J’aime écrire. C’est ce que je fais depuis mes 13 ans. Je ne sais pas si je le fais bien mais j’aime ça. J’aime les histoires, j’aime créer, j’aime imaginer. Et c’est ce que j’ai envie de faire. Je ne sais pas si je pourrais un jour en vivre mais si je n’essaye pas, je ne le saurais jamais.

Alors me voilà. Avec mes mots et ce blog. Je ne sais pas où tout cela me mènera, peut-être ailleurs, peut-être nulle part. Peu importe. Pour l’instant, cela me mène ici et c’est tout ce qui compte.

Et puis vivre

Arpenter les chemins de la baie du Mont Saint Michel. Se perdre. Revenir sur ses pas. Persévérer. Côtoyer les terres bretonnes. A pieds. Se surprendre de jour en jour. S’affirmer. Enfin. Contempler l’océan. Admirer les vagues qui s’écrasent aux pieds de la falaise. Echapper à la pluie. Marcher. Arrêter le temps. Oublier la douleur. Mes pieds qui tapent contre la chaussée accidentée. Ma peau blanche rougie par le soleil. Mon corps tout entier qui subit. Avancer. Garder la tête haute. Regarder droit devant. En être fière. Se révéler. Apprendre encore. Sourire aux gens, aux détails, à la vie. Goûter. Boire. Sentir. Respirer. Et puis vivre.

GR 34, sentier des douaniers, Le Mont Saint Michel, Normandie

Le jour un

C’est aujourd’hui, je m’en persuade. De tout mon être, de tout mon corps et de tout mon coeur. Il aurait pu être hier. Ou avant hier. Il aurait pu être tous ces jours où, au plus profond de mon âme, je croyais en moi, en mes mots et à la douceur que je pouvais répandre. Il pourrait être demain. C’est certain. Demain garde l’espoir que je cache entre mes mains. Demain balaye mes doutes et mes chagrins. Demain n’est qu’amour. Demain apaise la peur. Demain gomme les ratures que je ne cesse de dessiner sur ce minuscule bout de papier. Demain. Six lettres. Trois consonnes et trois voyelles. Un mot de plus que je froisse et que je chiffonne. Comme tous les autres. Et je recommence. Encore. Inlassablement. Perpétuellement. Je ne suis plus qu’une ombre, une tâche sur le tableau, une forme que l’on devine et que l’on oublie. Inéluctablement, je m’efface.

Sauf qu’aujourd’hui, c’est le jour un. Pour de bon. Pour de vrai. ♥